lundi 15 octobre 2018

Le rôle des monnaies numériques dans la redistribution de la richesse

Le rôle des monnaies numériques dans la redistribution de la richesse

L’objectif le plus important de l’humanité au cours des siècles a été de parvenir à une croissance économique soutenue et depuis les premiers empires du monde jusqu’à la révolution industrielle, le facteur le plus important qui a permis la poursuite de cette mentalité est constitué par les mécanismes de la création monétaire.
La logique dit que si le système monétaire est inflationniste, cela signifie que les fonds futurs auront moins de valeur que les fonds actuels, sachant qu'il est difficile de modifier les politiques monétaires pour soutenir la création de révolutions et la redistribution aux citoyens. Cependant, s’il existe une solution alternative au système monétaire actuel basé sur la dette, une telle richesse sera créée et redistribuée.
Le rôle des monnaies numériques dans la redistribution de la richesse
Il existe de nombreuses façons de redistribuer la richesse, telles que la répartition du revenu, les avantages sous forme de récompenses et de prix, ou un code incluant à la fois revenu, utilité et gouvernance. C'est ce que font les actifs numériques, avec la décentralisation, qui permet d'appliquer différents types de systèmes monétaires.
 Pour partager l'utilisateur ou les actifs physiques ne sont pas des dettes.Bien entendu, plus les entreprises réalisent à quel point ces symboles sont puissants pour générer des revenus, des avantages, une gouvernance et des investissements, plus de projets reposant sur des actifs numériques.
 Il existe déjà des plates-formes telles que "Steemit" de "IOS" et "Brave browser" de "Basic Attention Token", qui permettent aux utilisateurs d'obtenir des récompenses pour la création et la publication de contenu.

dimanche 14 octobre 2018

Wall Street continue de reculer pour une sixième session consécutive

Wall Street continue de reculer pour une sixième session consécutive

Les actions américaines à Wall Street ont chuté pour une sixième session consécutive jeudi, les investisseurs s'inquiétant de la hausse des taux d'intérêt et de l'impact possible des conflits commerciaux sur les bénéfices des sociétés un jour avant le début de la saison des résultats trimestriels.

La moyenne industrielle du Dow Jones <.DJI> a baissé de 545,91 points, soit 2,13%, à 2 502,83%, tandis que l’indice Standard & Poor's 500 <.SPX> recule de 57,31 points, ou 2,06%, pour se terminer officieusement à 2 728,37.

Le Nasdaq Composite Index a clôturé à 92,99 points, soit 1,25%, à 7329,06, un minimum d'environ 10% sur un sommet de 8 133,07 points enregistré le 30 août.

samedi 13 octobre 2018

Les actions européennes et les hausses rapides des taux d'intérêt aux États-Unis

Les actions européennes et les hausses rapides des taux d'intérêt aux États-Unis

Les actions européennes ne se sont pas redressées et n'ont pas mis fin à leur pire semaine depuis février 2018, alors que les marchés boursiers du monde entier ont été touchés par une nouvelle vague de vente face aux inquiétudes suscitées par le protectionnisme commercial et les hausses rapides des taux d'intérêt aux États-Unis.
Les actions européennes et les hausses rapides des taux d'intérêt aux États-Unis
Les actions européennes et les hausses rapides
des taux d'intérêt aux États-Unis
L'indice boursier de la zone euro a bondi de 1% au début du commerce mais a rapidement cédé tous ses gains malgré la hausse des actions américaines à Wall Street.

Toutes les principales bourses européennes ont été fermées et la session européenne STOXX® Europe 600 a clôturé la séance en baisse de 0,2% et a terminé la semaine sur une perte de 4,8%.

La perte hebdomadaire la plus importante de l'indice depuis une baisse de 5,1% en février, alors qu'une panique soudaine due à la hausse de l'inflation et des taux d'intérêt a entraîné une correction à la baisse des marchés mondiaux.

Les valeurs technologiques ont été les plus durement touchées par la chute brutale de cette semaine, mais ont clôturé la séance de vendredi en hausse de 0,5%, tout comme le secteur de l’industrie automobile en forte croissance.

mercredi 10 octobre 2018

Le processus de recrutement  Banque populaire

Le processus de recrutement Banque populaire

Pourquoi travailler à la banque populaire ?
La direction des resources humaines de la Banque Populaire s’engage toujours à fidéliser et motiver ses collaborateurs. Elle a pris conscience du rôle de la gestion des ressources humaines dans le développent de la banque et le rendement de ses activités et de sa pérennité. Et par l'adoption d'une politique de gestion rationnelle et motivante de son capital humain.
banque populaire recrutement
Les profils recherchés particulièrement par la banque populaire :

Les profils sont très divers à savoir :
  • Des postes à vocation commerciale ou administrative service caisse ( Opérations bancaires courantes en agence) 
  • D'autres secteurs comme l'Informatique, 
  • L’Audit, 
  • La Comptabilité, 
  • La Communication 
  • ...
Et ce, pour les expérimentés ou jeunes diplômé ayant un diplôme de :
  • Bac+2 : BTS, DUT ou Technicien Spécialisé de l’ISGI . 
  • Diplôme de DEUG ou Licence en économie et gestion (fondamentale ou professionnelle). 
  • Bac+4 ou 5 : Masters et diplômes de grandes écoles de commerce (ENCG, ... ) . 
Si vous disposez des compétences requises et pour rechercher une offre d'emploi cliquez-ici .

lundi 8 octobre 2018

Investissement dans la monnaie virtuelle Bitcoin est la meilleure solution pour devenir riche

Investissement dans la monnaie virtuelle Bitcoin est la meilleure solution pour devenir riche

La monnaie virtuelle ou plus précisément le Bitcoin est devenu très connu dans le monde par la variation de sa valeur de 0.005 $ en 2009 à plus de 19 000 $ fin de 2017.
Actuellement la valeur de Bitcoin varie entre 5000$ et 7000$ et les investisseurs prévoient une augmentation qui va dépasser 20 000 $ au cours de l'année prochaine.

Chaque fois qu'on veux faire des investissements dans Bitcoins, on pense que bits2u pour générer automatiquement des gains par simple clique et  en toute sécurité.
Bits2u est le meilleur pour faire des investissements avec des taux préférentiels.
Comme preuve d'investissement et de paiement vers une adresse portefeuille Blockchain, nous vous communiquons ci-dessous les captures desdits investissements et paiements effectués avec ce lien.
Investissement dans la monnaie virtuelle Bitcoin est la meilleure solution pour devenir riche
bits2u :Investissement dans la monnaie virtuelle Bitcoin est la meilleure solution pour devenir riche
Pour plus d'informations cliquez-ici ou sur le lien ci-dessous :

lundi 1 octobre 2018

Les principales différences entre le bitcoin et les cartes de paiement

Les principales différences entre le bitcoin et les cartes de paiement

Les paiements en utilisant la monnaie virtuelle (bitcoin) sont similaires aux transferts électroniques ou aux transactions en espèces, où le "paiement" est effectué directement d'une partie à une autre, sans passer par une autre institution financière.

Le traitement des paiements est effectué via un réseau privé d'ordinateurs, et chaque transaction est enregistrée dans le réseau BLOCKCHAIN qui ressemble à un registre public.
Le bitcoin s'appuie sur la technologie peer-to-peer et s'appuie également sur des algorithmes de cryptage et de cryptage sans supervision de tiers.
Les principales différences entre le bitcoin et les cartes de paiement
Les principales différences entre le bitcoin et les cartes de paiement
En revanche, les transactions par carte exigent que l'acheteur autorise effectivement le vendeur à "retirer" un paiement de son compte, par plusieurs intermédiaires financiers par exemple, un traitement typique comprend Visa sur quatre parties: le commerçant et l'acheteur (l'institution financière qui permet le paiement au concessionnaire) et la source (titulaire de la carte bancaire) et le titulaire de la carte individuelle. 
Lors de l'exécution d'une transaction par bitcoin, il n'est pas nécessaire de fournir des informations personnelles identifiables telles que votre nom et votre adresse.

Les transactions par bitcoin sont effectuées à l'aide d'une adresse alphanumérique anonyme qui change à chaque transaction et clé privée. Les paiements peuvent également être effectués sur des appareils mobiles utilisant des codes QR.

Vous ne pouvez pas annuler les transactions Bitcoin. Il ne peut être récupéré que par le destinataire et il s'agit d'une différence majeure par rapport aux transactions par carte de crédit pouvant être annulées. Cela signifie qu'il n'y a pas de frais pour les traders lorsqu'ils paient par Bitcoin.

Grâce à Bitocin, les traders fournissent également des frais de carte de crédit allant de 0,5% À 5% , Pour chaque transaction effectuée. Les paiements bitcoin peuvent être envoyés et reçus à un coût très bas ou aucuns frais ne sont payés, car les frais de Bitcoin dépendent de la quantité de données envoyées.

Pour les acheteurs, les avantages comprennent le paiement en utilisant bitcoin une plus grande simplicité du mode de traitement et de non-divulgation de l'identité de l'utilisateur, et non au boycott des intermédiaires (par exemple, geler votre compte en raison d'une alerte de fraude), et les frais sont transaction très faible.

Les cartes bancaires offrent d'importantes fonctionnalités utiles, telles que la possibilité d'emprunter de l'argent, de se protéger contre la fraude (3D secoure) , les points de fidélité et une acceptation plus large parmi les commerçants. Alors que certains grands détaillants, y compris Overstock.com (OSTK), Dell,  Etsy, ils ont commencé à accepter le bitcoin.

Toutefois, l’utilisation de cartes de crédit comporte le risque d’engendrer des frais de retard, des frais d’intérêt, des frais de transaction à l’étranger et d’éventuels effets négatifs sur votre pointage de crédit.

Finalement, on peut dire, que le Bitcoin ressemble à l’argent autant qu’aux cartes bancaires. La monnaie numérique vise à combiner les avantages des transactions directes en espèces et la puissance de la technologie numérique.

jeudi 27 septembre 2018

Le monde en 2050 : Disparition de l'eau et changements économiques

Le monde en 2050 : Disparition de l'eau et changements économiques

Des dizaines d’études et de rapports sont publiés de temps en temps, nous parlons de l’avenir du monde en 2050, des expériences heureuses et terrifiantes.

Population mondiale en 2050

La population mondiale va atteindre 9,1 milliards, avec une augmentation de 33 millions de personnes par an.  

Disparition de l'eau en 2050

La disparition de l'eau en 2050, Ceci est révélé par un rapport confidentiel publié par le site "Wikileaks", où le rapport confirmait que l'eau potable disparaîtrait du sol.
Le rapport intitulé "Oublier la crise financière mondiale, l’eau potable commence à s’épuiser dans le monde", préparé pour la première fois en 2009.

Le rapport a souligné que le monde est maintenant sur le « bord de la catastrophe » qui menace le sort des pays en développement.
Le monde en 2050 : Disparition de l'eau et changements économiques
Le monde en 2050 :
Disparition de l'eau et changements économiques

Changements économiques en 2050

The Independent a publié sur son site Web un rapport sur ce que sera le monde en 2050, qui a porté sur des points clés, notamment la comparaison du PIB dans plusieurs pays.

Selon le rapport, il passera le PIB des économies émergentes des pays, qui comprennent la Chine, l'Inde, le Brésil, le Mexique, la Russie, l'Indonésie et la Turquie, les pays actuels du Groupe des Sept, qui comprend le Canada, la France, l'Allemagne, l'Italie, le Japon, le Royaume-Uni et l'Amérique d'ici 2050, alors que la Grande-Bretagne ne sera pas parmi les 10 meilleurs dans le monde comme maintenant, mais occuperont la onzième place. L’Inde dépassera les États-Unis sur le plan économique et le fossé économique entre la Chine, l’Inde et les États-Unis s’élargira d’une part et le reste du monde de l’autre.

Singapour: le pays le plus riche du monde en 2050

Le rapport de richesse de Citibank et de la société de conseil immobilier Knight Frank montre que Singapour devrait devenir le pays le plus riche du monde en 2050.

Quatre pays asiatiques ont été en tête de liste en termes de produit intérieur brut (PIB) par habitant, ajustant les chiffres en tenant compte de l’inflation lors du calcul des revenus, ainsi que du coût de la vie et des taux de change.

Risques multiples

Selon le Business Insider dans son rapport, qui a identifié un certain nombre de problèmes auxquels le monde doit faire face en 2050, il s’agit de:
  • Le pétrole devrait devenir cher, avec plus de personnes, plus de maisons et de voitures, la demande de ressources énergétiques augmentera.
  • Augmentation du nombre de cyber-attaques, causant de graves dommages au monde, où les experts s'attendent à augmenter ces attaques de 61%, entraînant d'importantes pertes en vies humaines ou en biens, estimées à des dizaines de milliards de dollars.
  • Si vous voulez du repos, vous devrez renoncer à votre vie privée, car l’énorme développement technologique créera la plus grande transparence entre les personnes et les autorités ou les gouvernements ou les services de renseignement, l’information étant au cœur de la révolution numérique.
  • ...
Enfin

Prévisions, rapports et études qui cherchent à l'avenir de l'humanité au cours des cinquante prochaines années est toujours en cours ne vous arrêtez pas pour la recherche d'une vie meilleure pour l'homme sur la planète, alors que les études d'ensemble indiquent que la prochaine n'est pas beaucoup mieux, surtout en ce qui concerne la sécurité et la sécurité de la planète, qui se plaignent de problèmes environnementaux chroniques (la pollution). Ce qui ne peut pas être réglé dans la vie humaine, comme l'eau, qui va être la cause des prochaines guerres à cause du conflit sur leurs sources. D'ailleurs, il faut des grands efforts  pour assurer un avenir sûr aux générations futures et une vie meilleure.
Nasdaq est en négociation avec Ripple pour inscrire sa monnaie numérique au début de l'année prochaine 2019

Nasdaq est en négociation avec Ripple pour inscrire sa monnaie numérique au début de l'année prochaine 2019

Le XRP (Ripple) devrait être l’une des principales bourses cotées lorsque le NASDAQ émettra un change au début de 2019.

A été en discussion au cours des quatre derniers mois, les discussions ont porté en grande partie sur la valeur marchande de la monnaie et sa place sur marketcap, et sa proximité avec la taille de la  monnaie numerique Ethereum .
Nasdaq est en négociation avec Ripple pour inscrire sa monnaie numérique au début de l'année prochaine 2019
Nasdaq est en négociation avec Ripple pour inscrire sa monnaie numérique
 au début de l'année prochaine 2019

Une source du NASDAQ a déclaré:


"Nous ne sommes pas intéressés à parler de la monnaie. Nous sommes intéressés par la taille du marché de la devise. En commençant cette initiative avec les cinq ou sept principales devises en termes de valeur marchande, pourquoi exclure XRP? Il n’ya aucune raison de l'exclure, du moins c’est ainsi que nous évaluons notre travail. Regardez-le de cette façon. Nous ne voyons donc aucune raison d'exclure XRP. Au lieu de cela, nous nous sommes appuyés sur ce qui a été discuté. Nous ne pouvons pas prétendre que la société n’a pas d’équipe de direction de premier ordre, mais ce n’est pas le principal critère d’évaluation »

Une autre source du NASDAQ a confirmé la valorisation par la capitalisation boursière de la devise:

"La valeur de marché de la devise est le critère fondamental ici. Ripple peut être la deuxième plus grande devise numérique à tout moment. Par conséquent, la décision de les inclure dans nos premières devises est inévitable. Il est facile de le faire sur la base de l'équipe de direction de l'entreprise et de sa mise en œuvre continue dans le secteur bancaire. Nous avons largement évité de discuter d’autres questions. La capitalisation boursière est notre principal facteur et nous développons cette évaluation. Ripel vérifie cela. Sans compter qu'ils étaient très intéressés et ont mis à notre disposition de nombreux membres de leur équipe de direction en peu de temps. L'ajouter à la taille de sa monnaie numérique en fait une décision facile à insérer. "

S'il est plus pertinent de tenir compte des exigences de la monnaie à inclure, les autorités de réglementation américaines introduiront un amendement à la circulation de la monnaie numérique plus tard cette année. Mais à ce jour, Ripple devrait se concentrer sur les exigences du Nasdaq.

le XRP est l'une des  monnaies numériques qui sont  :
  • Ripple, 
  • Devises numériques
  • Nim
  • Betquin
  • Batchchain
  • Bitcoin 
  • Ethereum
  • Ripple
  • Bitcoin_Cash
  • Litecoin
  • dash
  • Monero 
  • Ethereum_Claassic
  • ICON
  • Bitcoin_Gold
  • NEO
  • ...

vendredi 21 septembre 2018

La plus grande banque de Pologne lancera la plate-forme (Blockchain) de gestion des obligations en bourse

La plus grande banque de Pologne lancera la plate-forme (Blockchain) de gestion des obligations en bourse

La plus grande banque de Pologne lancera une solution Blockkin pour la documentation client dans le cadre d’un partenariat avec Queenform du Royaume-Uni dans les prochains jours, ont confirmé les parties dans un communiqué de presse publié jeudi 20 septembre.

Dans le cadre d'une campagne visant à améliorer la sécurité des données clients, PKO Bank Polski utilisera le système Quinform Thermatium pour livrer les documents envoyés par l'intermédiaire de Blockchin aux cinq millions de titulaires de compte.

"Marcinkin offre un énorme potentiel pour accroître la compétitivité du secteur bancaire polonais.
La plus grande banque de Pologne lancera la plate-forme (Blockchain) de gestion des obligations en bourse
La plus grande banque de Pologne
lancera la plate-forme (Blockchain)
 de gestion des obligations en bourse 
Les plans ont été initialement publiés en mars et le premier numéro devait inclure la directive de l'UE sur la protection des données PSD2, entrée en vigueur cette année.

Cette évolution est évidente dans le secteur bancaire polonais, qui a seulement commencé à mettre en œuvre Blockchin, tandis que les sociétés de commerce extérieur continuent de se plaindre du traitement hostile des institutions.

"L'initiative montre que le secteur financier polonais est toujours ouvert à l'innovation et façonne les tendances internationales", a déclaré Paul Kioskowski, co-fondateur et directeur général de Queensform.

 # Bettkin
# Ripple
# Devises numériques
# Nim
# Betquin
#Batchchain
#Bitcoin
# Ethereum
#Ripple
#Bitcoin_Cash
#Cardano
#NEM
#Litecoin
#Stellar
#IOTA
#TRON
#dash
#Monero
# Ethereum_Claassic
#ICON
#Bitcoin_Gold
#Qtum
#EOS
#NEO
#Verge
#OmiseGO
#Lisk
#VeChain
#OmiseGO
#Binance_Coin

jeudi 20 septembre 2018

L'une des 10 premières banques américaines à rejoindre RippleNet

L'une des 10 premières banques américaines à rejoindre RippleNet

Ripple a rejoint PNC Bank, l'une des dix premières banques américaines.

PNC est la plus grande banque américaine, selon les derniers chiffres de S & P Global Market Intelligence, avec un actif total de 380,7 milliards de dollars (au 30 juin 2018). Il compte plus de huit millions de clients (consommateurs, les petites entreprises et grandes entreprises) qui utilisent les « services de dépôt, de prêt, cartes de crédit, gestion de trésorerie et investissements divers » et les succursales de détail dans 19 États.
L'une des 10 premières banques américaines à rejoindre RippleNet
L'une des 10 premières banques
américaines à rejoindre RippleNet
Ripple affirme que sa technologie "aura un impact immédiat sur chacun de ces groupes, permettant aux clients commerciaux de PNC de recevoir des paiements de banques étrangères en temps réel".

L'utilisation Ripple produit xCurrent, peut échanger pour un client dans l'un des États américains reçoivent désormais un paiement d'un client au Royaume-Uni peut recevoir les paiements presque immédiatement, ce qui a un impact transformatrice sur la façon dont « leur gestion des comptes clients et leur permettre d'améliorer le travail de gestion du capital. »

PNC a déjà achevé une phase pilote et prévoit de commencer immédiatement à utiliser xCurrent en production.

PNC est désormais la dernière institution financière à rejoindre RippleNet, un réseau en pleine expansion de banques de croissance, de fournisseurs de paiement et d’échanges d’actifs numériques, qui compte plus de 100 membres et couvre 40 pays et six continents.

Les nouvelles d’aujourd’hui interviennent juste six jours après que Ripple ait annoncé sur son site internet que la National Commercial Bank of Saudi Arabia avait rejoint RippleNet.
  • Ripple
  • Devises ou monnaies numériques
  • BatchchainB
  • Bitcoin
  • ...


mardi 18 septembre 2018

Dix conseils pour protéger les détenteurs de carte de crédit contre la fraude et le vol

Dix conseils pour protéger les détenteurs de carte de crédit contre la fraude et le vol

Les banques prennent elles-mêmes des mesures pour prévenir la fraude en utilisant des cartes de crédit, y compris l'incorporation de puces dans les cartes pour accroître la difficulté de la fraude. Mais cela n'empêche pas les utilisateurs de cartes de paiement électroniques de prendre une série de mesures pour se protéger.

MasterCard Worldwide a souligné l'importance des détenteurs de cartes de crédit en ligne et des acheteurs en ligne avec des directives pour protéger leurs données personnelles, ce qui réduira considérablement le risque de fraude en protégeant leurs données personnelles de façon continue.
Dix conseils pour protéger les détenteurs de carte de crédit contre la fraude et le vol
Dix conseils pour protéger les détenteurs
de carte de crédit
 contre la fraude et le vol
Voici dix conseils pour protéger vos détenteurs de carte de crédit contre la fraude et le vol:

- Lisez les instructions de votre carte de crédit et lisez les données de transaction en ligne pour savoir comment utiliser au mieux vos cartes et éviter d’être condamné à une amende.

- Avant de remplacer l'ancien téléphone portable, l'individu doit s'assurer que toutes les données sont supprimées Si les données sont enregistrées sur le nouveau téléphone.

-  Il est préférable d'utiliser le système d'identification du mot de passe du téléphone.

- Il est également nécessaire de revoir vos factures mensuelles pour la carte bien avant les données de cap pour le pousser, et si vous doutez un commerçant en ces matières victime d'une fraude, il devrait d'abord prendre contact avec votre banque ou institution financière traitant et soumettre un rapport ou des données sur l'incident à traiter efficacement.

- Il est conseillé de ne pas jeter des clips et des relevés bancaires contenant des informations de carte de crédit avant de s’assurer qu’ils sont complètement et complètement détruits.

- Il est important de préserver la confidentialité des données de votre carte de crédit et d’éviter la divulgation de ces informations confidentielles et ne répond pas aux messages électroniques ou SMS suspects sur les téléphones mobiles susceptibles de vous demander des informations personnelles liées à la carte.

- Toujours conseillé de changer le mot de passe pour la carte de crédit de temps en temps ou en continu, évitez de sélectionner des lettres ou des chiffres sont très faciles à deviner.

- Il n'est pas toujours conseillé de donner au vendeur ou de stocker le pouvoir de déduire des paiements récurrents directement du compte bancaire, avec l’importance de bien réfléchir avant de relier ces paiements au compte bancaire personnel.

- Il est très important d'être sûr des sites que vous traitez, en particulier en présence d'un groupe de sites suspects sur le Web, et de collecter autant d'informations sur le commerçant ou la société que vous achèterez avant la fin de l'achat.

- Lors de l’utilisation de cartes pour acheter sur certains sites Web, certains préfèrent vérifier l’identité de l’acheteur en vérifiant les numéros de carte au verso.

finalement et pour un paiement par carte bancaire en toute sécurité, une nouvelle astuce de sécurité s'ajoute à ce processus qui est 3D Secure.


Le parlement ukrainien propose un projet de loi fiscale pour les monnaies numériques

Le parlement ukrainien propose un projet de loi fiscale pour les monnaies numériques

Le parlement Ukrainien a proposé un projet de loi pour les monnaies numériques (bitcoin, Dogcoin, Ripple, Ethereum, Monero, Dash ...), une fois adopté, qui imposerait les opérations impliquant des biens codés, selon un projet de loi publié le 14 septembre.
Parlement ukrainien propose un projet de loi fiscale pour les monnaies numériques(bitcoin, ripple...)
Parlement ukrainien propose
un projet de loi fiscale
pour les monnaies numériques
Le projet de code des impôts, lancé par 23 responsables gouvernementaux, propose une taxe de 5% sur les personnes physiques et morales opérant avec des actifs en monnaie virtuelle, tels que les devises et les bons d'achat codés.

À compter du 1 er janvier 2024, les bénéfices des sociétés sur les devises codées seront taxés à 18%, un taux d’impôt clé sur les entreprises et les particuliers en Ukraine, a rapporté le journal Trading Economics.

L'objectif du nouveau projet de loi de retirer de grandes quantités d'opérations du marché gris afin d'augmenter les recettes budgétaires de l'Etat en ajoutant un nouveau type de revenus, ainsi que d'encourager le développement des monnaies liées à l'activité encodées en Ukraine. Une note explicative jointe à la facture est fournie

Jusqu'à présent, les devises chiffrées ne sont pas réglementées en Ukraine.

# Ripple
# Devises numériques
# Nim
# Betquin
#Batchchain
#Bitcoin
# Ethereum
#Bitcoin_Cash
#Cardano
#NEM
#Litecoin
#Stellar
#IOTA
#TRON
#dash
#Monero
# Ethereum_Claassic
#ICON
#Bitcoin_Gold
#Qtum
#EOS
#NEO
#Binance_Coin
#...

mardi 11 septembre 2018

Le deuxième homme le plus riche en Chine secoue le monde avec des nouvelles de son départ à la retraite et de son retour à l'enseignement

Le deuxième homme le plus riche en Chine secoue le monde avec des nouvelles de son départ à la retraite et de son retour à l'enseignement

Au cours des deux derniers jours, le géant chinois des médias, Jake Ma, homme d'affaires chinois et le premier marchand en ligne au monde. Le président d'Alibaba Group, qui possède également aliexpress.com a hésité à quitter cette énorme entreprise dont la valeur marchande dépasse 420 milliards de dollars. .

Les nouvelles se sont largement répandues à New York et ont fait sensation sur le marché financier et commercial, mais ont été refusées à Pékin le deuxième jour, au milieu d'une guerre commerciale féroce entre les États-Unis et la Chine, à cause des tarifs.
Le deuxième homme le plus riche en Chine secoue le monde
 avec des nouvelles de son départ à la retraite et de son retour à l'enseignement
Le New York Times a rapporté que Jack Ma lui avait parlé de ses projets futurs et avait révélé son intention de suivre les traces du fondateur de Microsoft Bill Gates, qui s'était tourné vers la philanthropie et avait quitté son entreprise après avoir été la plus grande entreprise tectonique du monde.
On sait que le New York Times est interdit de publication à Pékin, ce qui a surpris tout le monde par les nouvelles de cette taille du deuxième homme le plus riche de Chine et pôle du commerce chinois, notamment à la suite de la guerre commerciale entre Beijing et Washington.

Le lendemain, le journal chinois The South China Morning Post, détenu par Alibaba, a nié la nouvelle et a confirmé que Jack Ma annoncerait un plan pour lui succéder en tant que président.

Dans une interview accordée à Bloomberg, l’homme d’affaires chinois Jack Ma a déclaré plus tôt qu’il souhaitait beaucoup de choses qu’il avait apprises de Bill Gates, le fondateur de Microsoft.

Jack Ma a dit qu’il ne pouvait pas être riche en Bill Gates mais qu’il pouvait faire une chose mieux qu’il ne l’avait fait auparavant: il souhaitait ardemment retourner à l’enseignement un jour.
Bitcoin : Les devises numériques ont perdu 640 milliards de dollars de leur capitalisation boursière depuis le début de 2018

Bitcoin : Les devises numériques ont perdu 640 milliards de dollars de leur capitalisation boursière depuis le début de 2018

La monnaie numérique crypté continue de baisser lundi, pour approfondir ses pertes depuis le début de cette année, et une perte d'environ 640 milliards $ de la valeur totale du marché, « Bitcoin » en baisse et sa valeur actuelle ne dépasse pas 6287 $, a baissée à un taux de 1,56%, comme le cas de Ethereum qui a chuté de 2,03% à 197,4 $.
Bitcoin : Les devises numériques ont perdu 640 milliards de dollars de leur capitalisation boursière depuis le début de 2018
Bitcoin : Les devises numériques ont perdu
640 milliards de dollars de leur capitalisation boursière depuis le début de 2018
Au cours des cinq dernières semaines, les monnaies numériques ont fortement reculé devant les craintes que les actifs numériques soient construits à plus grande échelle, ce qui prendra plus de temps que prévu sur deux actions liées aux devises numériques.

Le marché des devises numériques s’est largement répandu ces dernières années et, à la fin de l’année dernière, la valeur de la monnaie numérique a atteint un niveau record de près de 20 000 dollars, incitant de nombreux investisseurs à rejoindre le marché.

d'ailleurs, cette année de 2018, certains pays par ses gouvernements mettent en garde des transactions sur le marché des changes par les dites monnaies numériques, car ils considèrent que cette monnaie n'est pas sûr et certains l'exploitent dans des actes illégaux comme la fraude fiscale, le blanchiment d'argent, le trafic de drogue et les opérations terroristes, ce qui reflète négativement sur le marché .

Certains pays ont déjà bloqué le trading de devises numériques, d'autres ont essayé de trouver des moyens de le contrôler et les traders ont été assurés: le Royaume-Uni et le Canada ont annoncé qu'ils prendraient des mesures énergiques pour lutter contre le marché des devises numériques.

Cela a entraîné une perte importante de monnaie numérique, qui a chuté au cours des premiers mois de cette année à environ 6 000 dollars, mais elle a recommencé à se redresser, mais n’a pas encore atteint la valeur de la fin de l’année dernière.

Parmi ces monnaies numérique on peut citer :
  • Ripple
  • Devises numériques
  • Nim
  • Betquin
  • Batchchain
  • Bitcoin 
  • Ethereum
  • Ripple
  • Bitcoin_Cash
  • Cardano
  • NEM
  • Litecoin
  • Stellar
  • IOTA
  • TRON
  • dash
  • Monero 
  • Ethereum_Claassic
  • ICON
  • Bitcoin_Gold
  • NEO
  • ..



lundi 10 septembre 2018

AL-Murabaha et les banques islamiques

AL-Murabaha et les banques islamiques

AL Murabaha pour le donneur d’ordre d’achat : Cette norme traite des opérations de murabaha pour le donneur d’ordre d’achat dans ses différentes phases, des garanties liées à leur mise en œuvre, telles que la promesse unilatérale d’achat, hâmich jiddiya et des garanties des obligations nées de la murabaha.
AL-Murabaha et les banques islamiques : Formalités préalables au contrat, Acquisition et prise de livraison de la marchandise par la banque Islamique ou par son mandataire, garantie de la murabaha et traitement de ses dettes...
AL-Murabaha et les banques islamiques
1. Formalités préalables au contrat de murabaha
    1.1. La manifestation de la volonté du client d’acquisition d’un bien par la voie de la Banque Islamique.

  • L’institution peut acheter le bien suivant la volonté de son client et à sa demande dés lors que cela est conforme aux règles de la Charia relatives au contrat de vente. 
  • Le client peut demander à la Banque Islamique d’acheter le bien auprès d’une personne déterminée. Mais l’institution peut refuser d’accomplir l’opération en cas de refus du client d’autres offres plus favorables à l’institution. 
  • La manifestation de la volonté du client ne veut pas promesse unilatérale ou engagement d’achat, sauf stipulation expresse. 
  • La manifestation de volonté et la promesse unilatérale d’achat peuvent être faites par seul et même acte signé par le client. Cet acte peut être rédigé par le client ou prendre la forme d’un formulaire de demande standard adopté par l’institution et sur lequel le client appose sa signature. 
  • Le client peut obtenir des offres de prix qui lui sont nommément adressées ou qui ne désignent pas de bénéficiaire.
Si le bénéficiaire n’est pas nommément désigné, ces offres de prix n’ont qu’une valeur indicative et ne constituent pas une offre de vente.

Il est préférable que ces offres soient au nom de l’institution pour constituer une offre de vente qui demeure valable jusqu’à l’expiration du terme prévu par celle-ci en cas d’acceptation de l’institution, le contrat de vente est automatiquement conclu entre elle et le vendeur.

1.2. Attitude de l’institution à l’égard de la demande du client de réaliser la murabaha
  • Si le client accepte l’offre du vendeur qui lui est nommément adressé ou qui ne désigne pas de bénéficiaire, l’institution ne peut pas réaliser l’opération de murabaha pour le donneur d’ordre d’achat. 
  • Tout engagement contractuel antérieur entre le client-donneur d’ordre d’achat et le vendeur originaire doit être révoqué de leur consentement mutuel. Cette révocation doit être expressément constatée.

    Le client ne peut pas transférer à l’institution financière le contrat qu’il a conclu avec le vendeur
  • Il incombe à l’institution financière de s’assurer que le vendeur de l’actif est une tierce personne et non le client lui-même ou son mandataire . le client ne peut pas être le propriétaire ou le vendeur originaire de l’actif, détenu par le client, si une telle vente se réalise et que l’on découvre la réalité par la suite, l’opération est nulle.
  • la B. Islamique peut acheter le bien auprès d’un parent ou du conjoint du client-donneur d’ordre d’achat et le revendre par la suite à ce dernier ou moyen d’une murabaha à terme moyennant le paiement fractionné ou différé que prix de vente), à moins que cette opération ne constitue un artifice pour réaliser une vente înah. Et il est préférable que l’institution évite de telles pratiques.
  • L’accord entre la B. Islamique et le client portant création d’une mucharaka dans un projet ou dans une transaction défini avec la promesse de l’un d’entre eux d’acheter la part de l’autre au moyen d’une murabaha au comptant ou à terme (moyennant le paiement fractionné ou différé du prix de vente) est prohibé.
Cependant, l’un des associés peut promettre à l’autre d’acheter sa part au prix de marché ou à un prix convenu par la conclusion d’un nouveau contrat de vente au comptant ou à terme.

  • Il est interdit de conclure un contrat de murabaha à terme différé du prix de vente) ayant pour objet la vente de l’or, de l’argent ou de devises. 
  • Il est interdit de conclure un nouveau contrat de murabaha sur le même bien.
  • Il est interdit d’émettre des sukuk négociables avec les créances de la murabaha ou autres créances.
1.3 La promesse unilatérale d’achat du client
  • L’acte constant la promesse unilatérale d’achat du client ne doit pas comprendre une promesse synallagmatique des deux parties (l’institution financière et le client). 
  • La promesse unilatérale d’achat ou le contrat cadre ne constituent pas des conditions essentielles pour la validité du contrat de murabaha. Ces actes constants la volonté du client d’exécuter la transaction après l’acquisition de la chose par l’institution. Si cette dernière dispose de possibilités alternatives pour vendre la chose, elle peut se passer de la promesse unilatérale d’achat ou du contrat cadre. 
  • La promesse synallagmatique souscrite par le client-donneur d’ordre d’chat et l’institution est valable si elle comprend une option stipulée au profit des deux parties ou de l’une d’elles. 
  • L’institution financière et le client-donneur d’ordre d’achat peuvent modifier les clauses de la promesse jusqu’à conclusion du contrat de murabaha, telles que celles relatives aux termes de la promesse, au bénéficie, etc. elle ne peut être modifiée que car consentement mutuel des deux parties. 
  • L’institution peut, lors de l’achat du bien, stipuler à son profit un droit d’option pendant un délai déterminé. Si le client ne rachète pas la chose, elle peut alors la restituer au vendeur dans le délai imparti conformément à cette clause qui est légalement admise. Cette option n’est pas levée par la formulation de l’offre de vente par l’institution au client mais par le contrat de murabaha.
1.4. Commission et frais
  • La Banque Islamique ne peut pas percevoir de son client une commission d’engagement ;..au titre de facilités de caisse. 
  • Les frais d’actes conclus entre La Banque Islamique et le client sont supportés à parts égales par eux, sauf convention contraire des parties mettant ces frais à la charge de l’une d’entre elles, à la condition que ces frais soient équitables, c’est-à-dire qu’ils constituent la juste rémunération du travail fourni afin qu’ils ne comportent pas implicitement de commission d’engagement ou de commission au titre de facilités de caisse. 
Il résulte de cette garantie que le client devra supporter le préjudice subi par l’institution en raison de non-respect par le vendeur des caractéristiques de la chose vendue et sa mauvaise foi dans l’exécution de ses obligations, ce qui entraine pour l’institution des pertes de temps et de biens, ou il s’ensuit son implication dans des litiges et réclamations onéreux.
  • Si la chose a péri ou subi des dommages lors de son transport ou de son stockage, la perte n’est pas pour le client-donneur d’ordre d’achat. Cette perte n’est pas couverte par la garantie de bonne exécution des obligations du vendeur originaire qui se limite à la garantie de la bonne exécution du vendeur et ne comprend pas les risques de transport qui doivent être supportés par le propriétaire de la chose.
  • La Banque Islamique peut, en cas de promesse unilatérale d’achat, percevoir du client une somme d’argent appelée hâmich jiddiya pour s’assurer de la capacité financière du client et garantir les dommages qui pourraient résulter de l’inexécution par le client de sa promesse ayant force obligatoire. De cette façon, l’institution n’a pas besoin de demander le paiement d’une indemnité correspondant au préjudice subi, elle retranche du montant du hâmich jiddiya.
Le hâmich jiddiya ne constitue pas un arboun. Cette somme versée pour garantir le sérieux du client ; il peut constituer une fiducie sûreté (amanah lilhifd) dont l’institution ne peut pas disposer, ou fiducie gestion (amanah de gestion) que le client autorise l’institution d’investir sur la base d’un contrat mudaraba.
  • La Banque Islamique ne peut pas se saisir du montant de hâmich jiddiya en cas d’inexécution par le client de sa promesse ayant force obligatoire. Son droit se limite à retrancher le montant du préjudice réel subi résultant de cette inexécution. Ce montant est égal à la différence entre le coût de revient de la marchandise et son prix de revente à un tiers. L’indemnité ne comprend pas la perte de chance.
  • Si le client accomplit sa promesse et conclut le contrat de murabaha pour le donneur d’ordre d’achat, l’institution financière doit restituer hâmich jiddiya au client. Elle ne peut l’utiliser qu’en cas d’inexécution de la promesse. La Banque Islamique peut, au moment de la conclusion du contrat de murabaha convenir avec le client de déduire cette somme du prix de la marchandise.
  • La Banque Islamique peut recevoir l’arboun après la conclusion de la vente murabaha pour le donneur d’ordre d’achat avec le client. Ce versement n’est pas permis dans la phase de la promesse d’achat.
Il est préférable que La Banque Islamique renonce à l’excédent de l’arboun sur le montant du préjudice réel. Ce montent est égal à la différence entre le coût de revient de la chose et son prix de revente à un tiers.

2. Acquisition et prise de livraison de la marchandise par la banque Islamique ou par son mandataire.

2.1. Acquisition de la marchandise par La Banque Islamique avant sa vente par le murabaha pour le donneur d’ordre d’achat
  • Il est interdit à l’institution de vendre le bien avant sont acquisition. Le contrat de murabaha avec le client ne peut pas être signé avant la conclusion, avec le vendeur originaire, de l’achat du bien, objet de la murabaha et sa délivrance réelle ou fictive par le remise de la chose ou des documents permettant la délivrance . La vente murabaha est nulle si la première vente : c’est à dire ne réalise pas de transfert de propriété de la chose vendue à La Banque Islamique . 
  • Le contrat entre La Banque Islamique et le vendeur implique la rencontre des deux parties et la conclusion du contrat de vente dés qu’elles ont convenu de ses clauses ou par la notification de l’offre et l’acceptation par écrit, ou par correspondance, ou par tout autre moyen de communication moderne dont les règles sont reconnues. 
  • En principe, La Banque Islamique achète elle-même le bien, directement auprès du vendeur. Elle peut aussi le faire par intermédiaire d’un mandataire autre que le donneur d’ordre d’achat.
  • En revanche, elle ne peut donner mandat au client (donneur d’ordre d’achat) qu’en cas de besoin urgent. Ensuite, le mandataire ne peut pas réaliser la vente pour son propre compte, mais c’est la banque islamique qui revend le bien après son acquisition . 
Dans le cas où elle donne mandat au client d’acheter le bien, la banque islamique doit prendre les mesures qui lui permettent de d’assurer que les conditions définies sont réunies, notamment :

  • Elle doit payer elle-même le vendeur et ne doit pas déposer le prix d’achat sur le compte du client mandataire.
  • Elle doit obtenir du vendeur les pièces établissant la réalité de la vente.
Il faut distinguer la garantie de La Banque Islamique de celle du client mandataire pour l’achat de la marchandise pour le mandant et en son nom. Et cela, en laissant écouler une période entre l’exécution du mandat et le biais de la notification par le client de l’exécution du mandat et de la réalisation de l’achat, puis de notification par l’institution de la réalisation de la vente. 

En principe, les documents et contrats établis au moment de la conclusion du contrat d’achat du bien doivent être au nom de la Banque Islamique. Ils ne doivent pas être établis au nom du client, même si ce dernier est son mandataire. 

Les deux parties peuvent convenir de recourir au contrat de commission à l’achat ; le commissionnaire agit en son propre nom pour le compte de l’institution (le commettant). Néanmoins, il est préférable que sa qualité soit apparente.

2.2. Délivrance de la chose avant sa vente au moyen d’une murabaha pour le donneur d’ordre d’achat 
  • Il faut s’assurer de la remise réelle ou de plein droit de la chose à La Banque Islamique avant sa revente au client au moyen d’une murabaha pour le donneur d’ordre d’achat.
  • L’objectif de la stipulation de la délivrance de la chose est la pris en charge par la banque islamique du risque de sa perte, et cela signifie que la chose sort du patrimoine du vendeur et entre dans celui de celle -ci . Il faut déterminer le moment du transfert de la garantie de la chose de La Banque Islamique au client acheteur à travers les étapes du transfert de la propriété de la chose d’une partie à une autre.
  •  Les modalités de la délivrance des choses différent selon leurs espèces et les coutumes en vigueur.
La remise peut être matérielle en cas de tradition, de transport, ou de la mise en possession de l’acheteur ou de son mandataire de la chose vendue, mais elle peut aussi s’opérer fictivement et de plein droit par la cession de la chose et par le transfert du pouvoir d’en disposer, même s’il n’y a pas de remise réelle. La délivrance d’un immeuble s’opère alors par sa cession et par le transfert du pouvoir d’en disposer. Si l’acheteur ne peut pas disposer de la chose achetée, la cession n’est pas considérée comme une délivrance. Quant au bien meuble, sa délivrance s’opérer selon sa nature.

Est considérée comme une remise de plein droit la remise à la Banque Islamique ou à son mandataire des documents de transport en matière de vente internationale de marchandise, ainsi que la remise des certificats de dépôt identifiant la marchandise dans les entrepôts du vendeur établis sous une forme appropriée et fiable(l’imputation douanière du titre d’importation).
En principe, la Banque Islamique réceptionne elle-même le bien dans les entrepôts du vendeur ou du lieu désigné dans la clause réglant les conditions de livraison. Ainsi, la garantie du bien vendu est transférée à l’institution au moment du transfert de la propriété du bien. La Banque Islamique peut donner mandat à un tiers pour réceptionner le bien en son nom et pour son compte( transitaire ou expert ).

 L’assurance du bien, objet du contrat de murabaha relève de la responsabilité de la Banque Islamique dans la phase de l’acquisition. Elle accomplit cette procédure à ses frais en raison de sa qualité de propriétaire de la marchandise et supporte, à ce titre, les risques qui en résultent. En conséquence, l’indemnité d’assurance est due exclusivement à La Banque Islamique si le risque se réalise avant le transfert de la propreté au client. La Banque Islamique peut ensuite ajouter les frais aux coûts de revient du bien acheté et par conséquent au prix de vente de la murabaha.
La Banque Islamique peut donner mandat d’accomplir les procédures pour obtenir une assurance du bien dans la phase de l’acquisition du bien par l’institution, mais elle doit supporter les frais d’assurance.
3. La conclusion du contrat de Murabaha
  • La Banque Islamique ne peut pas considérer que le contrat de murabaha pour le donneur d’ordre d’achat est conclu automatiquement aussitôt qu’elle acquiert le bien, de même qu’elle ne peut pas contraindre le client à réceptionner le bien et à payer le prix de la vente murabaha, s’il refuse de conclure le contrat de murabaha.
  • La Banque Islamique peut percevoir une indemnisation du préjudice réel causé par le client en cas de violation de sa promesse d’achat, qui a force obligatoire, et cela par la prise en charge par ce dernier, de la différence entre le prix de revente de la chose à un tiers et le prix de vente payé par La Banque Islamique au vendeur originaire.
  • Lorsque la Banque Islamique achète le bien à terme dans l’intention de le revendre par murabaha, elle doit en informe le client. Elle doit déclarer, au moment de la conclusion du contrat, le détail des frais qu’elle inclure dans le prix. Elle peut inclure tous les frais afférents à la chose dés lors que le client les accepte.
Mais si La Banque Islamique ne détaille pas ces frais, elle peut inclure dans le prix que ceux (frais) considérés par la coutume comme faisant partie du coût de revient, tels que les frais de transport et de stockage, les droits relatifs au crédit documentaire et les primes d’assurance.
  • La Banque Islamique ne peut ajouter au coût de revient de la chose que les dépenses financières directes payées à autrui. Elle ne peut pas, par exemple, ajouter au coût de revient la rémunération de ses employés ou ce qui s’y apparenterait.
  • Si La Banque Islamique obtient du vendeur un rabais sur la marchandise, même accordé après la conclusion du contrat, elle doit an faire bénéficier le client en réduisant le prix global du montant de ce rabais.
  • Le prix de la chose objet de la vente murabaha pour le donneur d’ordre d’achat et la marge bénéficiaire doivent être déterminés.
La détermination du prix ou de marge bénéficiaire ne doit en aucune façon dépendre d’indices inconnus ou déterminables dans le futur tels que la conclusion d’une vente dont la marge bénéficiaire serait indexée sur le taux LIBOR qui sera connu dans le futur. Il n’y a pas d’inconvénient à désigner un indice parmi les indices connus, dans la phase de la promesse, pour s’y référer dans la détermination du taux de bénéfice à condition que la détermination de la marge bénéficiaire dans le contrat de murabaha pour le donneur d’ordre d’achat soit sur la base d’un pourcentage déterminé du coût de revient et que la marge ne dépende pas du LIBOR ni du facteur temps(pour éviter le gharar). 
  • La marge bénéficiaire dans le contrat de murabaha pour le donneur d’ordre d’achat doit être déterminée. Il ne suffit pas de mentionner le prix global. Cette marge peut prendre la forme d’une somme forfaitaire, ou d’un pourcentage du prix d’achat net seulement ou du prix d’achat augmenté des charges. Cette détermination du prix doit être conforme à l’accord et au consentement des deux parties.
  •  Les partie peuvent convenir dans le contrat de murabaha pour le donneur d’ordre d’achat d’un paiement fractionné du prix de vente selon des échéances fixées à long ou à court terme. Par conséquent, le prix du bien devient une dette dont le client devra s’acquitter au terme convenu. L’institution ne peut pas percevoir de rémunération en raison de la prolongation du terme ou d’un retard, que ce dernier soit ou non justifié.
  • La Banque Islamique peut, dans le contrat de murabaha , stipuler à son profit une clause d’exonération de la garantie de tout ou partie des vices du bien. Dans ce cas, cette vente constitue une vente avec exonération de la garantie de vices du bien « Bai al-Baraa’aa ». En présence de cette clause, il est préférable que l’institution subroge le client dans ses droits contre le vendeur originaire pour les vices du bien vendu.
  • Si La Banque Islamique ne stipule pas une clause d’exonération de la garantie des vices cachés anciens dont les effets apparaissent après la conclusion du contrat, elle ne sera tenue que la garantie des vices cachés anciens et non des vices récents.
  • la Banque Islamique doit stipuler qu’en cas de refus du client de réceptionner le bien au moment prévu après la conclusion du contrat de murabaha, elle peut procéder à la résolution de la vente ou vendre le bien par représentation du client et pour son compte et recouvrer ses droits du prix de vente et se retourner contre le client, le cas échéant, en cas d’insuffisance du prix.
4. Garantie de la murabaha et traitement de ses dettes.

La Banque Islamique peut stipuler le paiement anticipé du prix restant avant les termes convenus en cas de retard ou de défaut de paiement d’une échéance donnée sans raison valable. Et ce, dans l’un des cas suivants :
  1. Tout retard de paiement entraîne l’exigibilité de plein droit du prix restant dû.
  2. tout retard de paiement entraîne du plein droit, après une période déterminée, l’exigibilité du prix restant dû.
  3. Tout retard de paiement entraîne de plein droit, après mise en demeure, l’exigibilité du prix restant dû.
La Banque Islamique dans ces cas peut renoncer à une partie de ses droits.
  • Il convient que La Banque Islamique demande au client de constitution de garanties conformes à la charia dans le contrat de murabaha pour le donneur d’ordre d’achat, telles que le cautionnement, le gage du dépôt d’investissement du client, toute sûreté réelle sur les meubles ou les immeubles ou la fiducie-sûreté (authentique) sans dépossession de la marchandise objet du contrat ou avec dépossession et dans ce dernier cas le bien engagé diminue à proportion du désintéressement du créancier.
  • la Banque Islamique peut demander au client la remise de chèques ou de billets à ordre, avant la conclusion du contrat de murabaha pour le donneur d’ordre d’achat, en garantie des obligations qui vont naitre après la conclusion du contrat, à condition de stipuler que l’institution ne peut pas utiliser ces chèques ou billets à ordre avant leurs échéances. En revanche, elle ne peut pas demander la remise de chèque dans un pays dans lequel ces derniers peuvent être présentés au paiement avant leurs échéances(le cas du Maroc où le chèque est moyen de paiement à vue).
  • Le contrat de murabaha ne peut pas comporter une clause de réserve de propriété subordonnant le transfert de la propriété de l’actif au paiement intégral du prix. Cependant, l’enregistrement de l’actif au nom du client acheteur peut être différé dans le but de garantir le paiement du prix. La Banque Islamique peut obtenir du client un mandat de vendre l’actif en cas de retard dans le paiement du prix.
En outre, La Banque Islamique doit délivrer à l’acheteur un titre opposable pour établir son droit de propriété. Si elle vend l’actif pour défaut de paiement du prix au terme convenu, elle doit se limiter à recouvrer la somme due et doit verser le reliquat au client.
  • La Banque Islamique peut, si le client a constitué une sûreté réelle à son profit, exiger du client un mandat lui permettant de vendre le bien de plein droit de recouvrer ses dépenses.
  •  Le contrat de murabaha pour le donneur d’ordre d’achat peut stipuler une obligation à la charge du client acheteur de payer une somme forfaitaire ou un pourcentage de la dette qui sera reversé au profit d’œuvres caritatives, en cas de retard de paiement des échéances au terme convenu. Le conseil de conformité à la charia de cette institution………… 
supervisera cette opération en vaillant à ce que ces montants ne soient pas versés au profit de l’institution.
  • Toute rémunération accordée pour différer la date du paiement de la dette (rééchelonnement de la dette), que le client soit solvable ou non, est interdite.
  • En cas de défaut de paiement du client débiteur des sommes échues, le montant dû à la l’institution correspond seulement au montant de la dette, la banque islamique ne peut pas contraindre le client à payer une rémunération à son profit .
  •  La Banque Islamique peut renoncer à une partie du prix en cas de paiement anticipé du client, à la condition que cela ne soit pas stipulé dans le contrat.
  • La Banque Islamique et le client peuvent convenir d’un paiement libellé dans une devise différente s’il est effectué au taux de change en vigueur au jour du paiement et à condition de payer toute la dette ou la somme, objet de l’accord de change, de sorte que le client s’acquitte de cette somme immédiatement.