jeudi 27 avril 2017

Les opérations bancaires islamiques

L'ouverture du système bancaire sur la finance islamique des banques classiques via des fenêtres de mettre en vente des produits financiers islamiques depuis 2007, et l'approbation de la nouvelle loi bancaire introduisant un chapitre dédié à la finance participative suscite en particulier les capitaux du golf d'une part et donne la possibilité de bancarisation d'une population large de la communauté marocaine qui prohibent relation avec les banques classiques, sauf les cas de force majeurs, comme il donne une alternative pour le financement de l'économie marocaine et surtout les PME, ainsi que les jeunes entrepreneurs qui ont comme principale, entre autre, l'accès au financement, et crée une opportunité pour l'absorption du chômage via la création des nouveaux postes d'emploi (directes et indirectes).
Les opérations bancaires islamiques
Les opérations bancaires islamiques
pour la consommation et le financement de la production

Ainsi, la politique des banques islamiques doit être basée essentiellement sur ces deux principes fondamentaux a savoir :
  • Les achats et ventes Ă  tempĂ©rament en guise d’alternative au crĂ©dit Ă  court et moyen terme; 
  • La participation aux pertes et aux profits comme mode de financement Ă  long terme.
On peut dire que le rôle des banques islamique est de procéder à la collecte de dépôts ( contrat de Mourabaha) de les replacer auprès de ses clients, sans oublier les autres services bancaires traditionnels.
Les financements accordés aux tiers de la banque peuvent être accordées soit pour financer la production ou la consommation.a cet effet , on peut citer trois types de financement dans ce cadre du financement de la consommation et quatre types de financement de la production.

Pour la consommation on parle de :
  • Financement des dĂ©penses d’Ă©quipement domestique (Mourabaha). 
  • Financement du logement . 
  • Financement des dĂ©penses de consommation courante par le prĂŞt sans intĂ©rĂŞt ou facilitĂ© de caisse gratuite (Qard Hassan). 
De plus, pour le financement de la production on trouve :

  • Le financement des immobilisations : la participation au capital (Mousharaka). 
  • Le financement de l’Ă©quipement par le leasing (mobilier), 
  • Le financement du fonds de roulement et/ou de l’Ă©quipement par la vente Ă  tempĂ©rament, et particulièrement la vente d’Ă©quipements selon la commande de l’acheteur donneur d’ordre ou encore par le prĂ©-financement (Le Salam). 
  • Le financement du fonds de roulement et/ou de l’Ă©quipement par le contrat de fiducie (Moudaraba). 
Généralement le principe pour la banque islamique est de partager le risque et le profit entre la banque et le client .

Comments