jeudi 27 avril 2017

La finance islamique et ces principes

  L'Islam est l'un des cultes monothéistes dont les chiffres sont en continuelle croissance depuis presque un demi-siècle,  avec une communauté représentant plus d'un cinquième de la population mondiale.  En effet,  ces cinquante dernières années qui marquent le début du quinzième siècle de l'ère Hégirien,  témoignent d'une véritable volonté de retour vers les valeurs islamiques fondamentales dans plusieurs parties du monde musulman. 
La finance islamique et ces principes
    Cependant,  malgré l'étendue de l'islam à travers le monde,  la grande majorité des sociétés non islamiques ignorent peu prés tout de cette croyance qui fait pourtant tant parler d'elle.  Au mieux leurs connaissances sont limitées aux grands concepts,  au pire,  elles contribuent,  par leur ignorance,  aux préjugés dont elle est victime,  Dans un tel climat hostilité largement alimenté par la pression médiatique,  il n'est par conséquent pas étonnant que l'émergence d'un nouveau système financier dans le monde musulman soit restée totalement méconnue du public occidental.

   Pourtant,  l'évolution de ce système est assez surprenante: en trente années d'existence,  il est passé d'un système base localement en Égypte et dans quelques régions du Golfe à une industrie multi nationale détenant à son actif un chiffre bilantaire de plus de 100 milliards USD.  Surprenant également lorsqu’on  pense que l'essence de son origine dans des principes religieux qui ont été établit-il plus de 1400 ans.  La majorité des sur système est basé sur la simple moralité et le sens commun,  principes qui forment la base de toutes les religions,  y compris l'islam.

     L'économie islamique peut être définie comme cette branche de connaissances qui contribue à la réalisation du bien être humain en permettant une affectation et une répartition de ressources limitées,  conformes aux enseignements islamiques sans trop limiter la liberté individuelle ou déséquilibres macroéconomiques et écologiques continus On peut définir l'économie islamique aussi comme est une partie de islamique qui englobe tous les secteur de la vie Elle e pas un scientifique,  comme le fait le marxisme,  mais elle n'est pas.  Non plus.  Dépourvue d'un fondement doctrinal ni d'une vision englobant les principes de la vie et derniers,  comme c'est le cas du capitalisme.

  Elle est fondée sur un paradigme dont l'objectif premier est la justice socio-économique (coran 57 :25).  Cet objectif prend racine dans la croyance laquelle économique (Coran humains sont les lieutenants du Dieu Unique,  créateur de et de tout ce qu'il comporte.  Toutes les ressources leur disposition leur ont été confiées par Dieu en vue de leur utilisation juste,  pour le bien être de tous.  Ils sont ainsi responsables devant Lui dans l'au-delà et seront récompensés(ou punis)  pour la manière dont ils acquièrent et utilisent ces ressources.

   A l'instar de la doctrine du marché,  le bien-être humain ne dépend pas essentiellement,  en économie islamique,  de la maximisation de la richesse et de la consommation.  Il exige une satisfaction équilibrée des besoins tant matériels que spirituels.  Négliger les besoins spirituels ou les besoins matériels empêcherait la réalisation du vrai bien-être et aggraverait les symptômes de l’anomie telle que la frustration, le crime, l’alcoolisme, la toxicomanie, le divorce, les maladies mentales ou le suicide, qui révèlent tous un manque de satisfaction intérieure dans la vie des individus.

   Selon ce paradigme,  plus n'est pas nécessairement mieux que moins dans toutes les circonstances comme l'affirme l'économie conventionnelle.  En d'autres tempes,  l'utilité marginale n'est pas sup posée strictement positive.  Cela dépend beaucoup de la manière dont a été acquise la richesse supplémentaire,  de l'utilisateur de cette richesse et de la façon dont il l'utilise ainsi que de l'impact sociétal et écologique de cet accroissement.  Ainsi,  plus peut être mieux que moins à la condition que l'augmentation peut être réalisée sans affecter la force morale de la société,  sans aggraver l'anomie,  et sans nuire à l'équilibre écologique.

   Dans le cadre de ce paradigme,  le comportement idéal n'est pas synonyme d'abnégation il signifie simplement la poursuite de l'intérêt personnel dans le cadre de la contrainte de intérêt social via la soumission des prétentions aux rares ressources au filtre des valeurs morales transmises par le prophète Mohamed suppute en effet que tout individuel orienté vers la moralité contribue à la réalisation de la justice socio-économique et du bien être social,  tout comme le paradigme du système de présume comportement se servirait l'intérêt social.

  Cependant,  l'économie traditionnelle suppose la prédominance du comportement intéresse chez tous les individus,  l'Islam ne suppose pas la prédominance du comportement idéal Il adopte plutôt la position réaliste selon laquelle certains individus normalement d'une manière purement idéale ou purement tandis que le comportement de la plupart des gens tend à se situer quelque part entre ces deux extrêmes Toutefois,  étant donné que le comportement idéal est plus favorable à la réalisation des buts normatifs.  L’islam essaie d'amener le comportement individuel aussi près que possible de l'idéal cela,  il ne le fait pas par la coercition et la discipline mais essaie plutôt de créer un environnement favorable à travers une structure sociale fondée sur les valeurs morales.

   La structure générale de l’économie islamique se compose de trois piliers qui en le contenu doctrinal et la font se distinguer de toutes les autres doctrines économiques dans leurs générales ces piliers sont :

          1-Le principe de la double propriété:

La Doctrine islamique ne s'accorde ni avec le capitalisme dans son affirmation que la propriété privée est le principe,  ni avec le socialisme lorsqu'il considère la propriété socialiste adopte le principe général.  Elle admet en même temps les différentes formes de la propriété lorsqu'elle principe de la double propriété (propriété à formes diverses)  au lieu de celui de la forme unique de la propriété que font leur le capitalisme et le socialisme.
 Le désir de gagner sa vie,  de vivre confortablement,  même d'avoir des ornements ou des décorations ou de se protéger d'un avenir incertain n'est jamais considéré comme un mal.  Le Coran dit plutôt que ses préceptes sont les moyens de réussir dans ce domaine sans le troquer pour un échec dans l'au-delà.

          2-Le principe de la liberté économique dans un cadre limité liberté:

Le second pilier de l'économie islamique est le fait d'accorder aux individus une liberté économique,  dans les limites des valeurs morales et éthiques auxquelles croit l'islam. 

         3-Le principe de la justice sociale:

Le troisième pilier de l'économie islamique est le principe de la justice sociale,  que l'Islam a incarné en le système de distribution de la richesse dans la société islamique ZAKAT»,  en éléments et garanties assurant à la distribution possibilité de réaliser la justice sociale,  et mettant ledit système en harmonie avec les valeurs sur lesquelles est fondé.

Comments